LUIZ GONZAGA

     Luiz Gonzaga do Nascimento est né à Exu, à la Fazenda Caiçara, sur les contreforts de la Serra de l'Araripe, état du Pernambuco, le 13 décembre 1912. Son père, Januario José dos Santos, est sanfoneiro (accordéoniste) et réparateur d'instruments. Sa mère, Ana Batista de Jesus, eut neuf enfants. A huit ans, il accompagne son père dans les bals et l'aide à la sanfona. En 1924, il achète sa première sanfona. 

En 1930, il se fâche avec ses parents et s'enfuit de chez lui, après une affaire sentimentale qui a mal tournée. Il s'engage dans l'armée en prétendant avoir 21 ans, âge de la majorité. Après la Révolution de 1930, il parcourt le pays avec son régiment. 

En 1939, il quitte l'armée et va chanter au Mangue, un quartier mal famé de Rio de Janeiro. Il se produit dans différentes boîtes, cabarets, dancings et autres gafieiras. 

En 1940, dans un dancing du Mangue, il est pris à partie par des étudiants du Nordeste qui le mettent au défit d'interpréter des chansons de "là-bas" (le Nordeste) chose qu'il ne faisait plus depuis longtemps. Il répète, chez lui, pendant deux semaines puis leur propose "Pé de Serra" et "Vira e Mexe". Grâce à son interprétation, il est invité au programme du grand Ary Barroso où il obtient la note maximale. Il est engagé par la Radio Nationale.

En 1941, il enregistre son premier disque. 

En 1945, naissance de Luiz Gonzaga Junior dont la carrière sera écourtée par sa mort en 1991. Luiz s'associe à Humberto Teixeira.

En 1946, il rentre à Exu et se réconcilie avec ses parents. De cette réconciliation naîtra la chanson "Respeita Januario".

En 1947, Luiz et Humberto composent la célèbre chanson "Asa Branca".

En 1949, en raison de sa grande popularité, Humberto Teixeira se lance dans la politique et intègre la Chambre des Députés. Luiz Gonzaga travaille alors avec le médecin du Pernambuco José de Souza Dantas, surnommé Zédantas.

En 1950, après une tournée à São Paulo, il est acclamé "Roi du Baião".

En 1980, à Fortaleza Luiz chante pour le Pape Jean Paul II.

Le 6 juin 1989, il monte sur scène pour la dernière fois au Centro de Convenções du Pernambuco, à Recife et déclare: "Je voudrais qu'on se souvienne de moi comme le Sanfoneiro qui a beaucoup aimé et chanté ses compatriotes et le Sertão, les oiseaux et les animaux, les cangaceiros et les retirantes (migrants du Nordeste), les courageux et les peureux, sans oublier l'amour !" 

Il meurt le 2 août. Son corps est transporté à Juazeiro do Norte, patrie du Padre Cicero qu'il vénérait beaucoup. 

Il est enterré, à Exu, dans la chapelle du Parc Asa Branca, à côté de ses parents.

 

 

 

Escutar

música

Écouter